STOP-GAZ

Gaz de schiste : une impasse

Un moratoire pour rien !

Selon une dépêche de l'AFP, Ségolène Royal appliquera un moratoire sur les permis d'hydrocarbures en Méditerranée

Paris - La ministre de l'Environnement et de l'Energie, Ségolène Royal, a décidé d'appliquer un moratoire immédiat sur les permis de recherches d'hydrocarbures en Méditerranée, entre autres mesures présentées vendredi lors de la deuxième conférence nationale sur la transition écologique de la mer et de l'océan.

Compte tenu des conséquences dramatiques susceptibles d'affecter l'ensemble de la Méditerranée en cas d'accident de forage pétrolier, Ségolène Royal décide d'appliquer un moratoire immédiat sur la recherche d'hydrocarbure en Méditerranée, à la fois dans les eaux territoriales de la France et dans la zone économique exclusive (plateau continental), selon un communiqué transmis à l'AFP.

Elle demandera l'extension de ce moratoire à l'ensemble de la Méditerranée dans le cadre de la convention de Barcelone sur la protection du milieu marin et du littoral méditerranéen, est-il précisé dans le texte.

La conférence réunissait pour la deuxième fois, vendredi matin, l'ensemble des acteurs concernés par la mer, des ONG aux groupements économiques en passant par des instituts de recherche. La première édition, en août 2015, avait débouché sur la définition de dix actions en faveur de la croissance bleue.

Ségolène Royal avait déjà déclaré lors d'un débat parlementaire en janvier que toute nouvelle demande de permis de recherches d'hydrocarbures serait refusée en France, en accord avec la loi de transition énergétique qui prévoit une baisse de la consommation des énergies fossiles.
(©AFP / 08 avril 2016 11h36)

C'est vraiment de la "comm" à bon compte :  il n'existe à c e jour aucun permis ni aucune demande de permis en méditerranée "française".

Le dernier en date était le permis Rhône-Maritime, qui n'a pas été renouvelé en 2015.

Et les permis en mer ailleurs qu'en Méditerranée ne sont pas concernés : Golfe de Gascogne, Bassin d'Arcachon, Guyane, Antilles, Saint-Pierre et Miquelon, Iles éparses (détroit du Mozambique)...

Ce serait bien qu'elle prenne la même décision sur les permis à terre : plus de 50 permis de recherche, plus de 130 demandes !

 


HAUT


Copyright © 2013. tous droits réservés.



Contact : redaction@stop-gaz.fr    Toute reproduction de contenu est libre sous réserve de citer la source (stop-gaz.fr ).  Qui sommes-nous ?