STOP-GAZ

Gaz de schiste : une impasse

Grave accident d'exploitation pétrolière en Albanie

L'Albanie, vache à pétrole de l'Europe, sacrifie tout un village suite à des séismes et pollutions répétées

En Albanie, l'exploitation du pétrole a commencé à la fin des années 30. Il s'agit d'huiles lourdes, type bitumeux. Du temps du communisme sous la férule d'Enver Hodja, la production était faible, faute de techniques efficaces. Mais avec les moyens actuels (forages horizontaux, stimulation et fracturation hydraulique, chauffage...) la production s'est envolée ces dernières années. Et depuis, les forages ont lieu sans relâche. 145 puits y ont été forés en 2013. Et pourtant, L'Albanie est, après la Moldavie, le pays le plus pauvre d'Europe. Si l'on regarde la vue satellite du secteur de Patos Marinza, près de la ville de Fieri, on distingue une plate-forme de forage ou d'exploitation tous les 100 m environ dans toute la zone. Quel est donc le prix environnemental et humain de cette exploitation ? A vrai dire : toute la zone est complètement pourrie par l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels. L'eau n'y est plus potable selon certains habitants vivant sur le secteur, qui la boivent faute de mieux. On ne fait d'omelette sans casser des oeufs. Un accident (1) a d'ailleurs eu lieu mercredi 1er avril à Marinza, village de 4000 habitants situé au cœur même du champ pétrolier : des explosions, des secousses sismiques, des geysers de boue et d'hydrocarbures mélangés aux produits utilisés pour forer les puits ont envahi un quartier de ce village et obligé une soixantaine de familles à évacuer leur maison. Bankers Petroleum, bénéficiaire de la concession, creuse en général dans ce secteur à 1,300 mètres pour atteindre le niveau du pétrole, mais mercredi dernier, le forage du puits atteignait 500 m seulement quand l'accident s'est produit, un accident filmé (2) par une télévision allemande. Ces images montrent la noirceur de la situation et le désarroi des habitants. Des habitants tous malades du pétrole, en particulier les enfants, si l'on en croit un témoignage (3) datant de plus de dix ans. Et cet accident n'est qu'un épisode parmi bien d'autres du feuilleton cauchemardesque que vivent les habitants de Marinza depuis 75 ans. Un accident pour lequel la compagnie Bankers Petroleum nie toute responsabilité, même si elle a activé à cette occasion son plan d'urgence. Enregistrée au Canada, Bankers a obtenu cette concession en 2004, avant d’élargir son contrôle au champ de Kuçova, le deuxième plus grand gisement de pétrole albanais. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a, de son côté, accordé en 2009 à la compagnie un crédit à hauteur de 110 millions d’euros, qui a par la suite été rehaussé à 200 millions d’euros, le délai de remboursement étant repoussé à 2020. D'autres fonds internationaux entrent aussi en action pour soutenir l'activité économique en Albanie peut-on apprendre sur le site de Bankers (4) : "En 2014 l'IMF (Fonds Monétaire International) a accordé un prêt de 331 millions d'euros sur trois ans pour soutenir les réformes économiques en Albanie, et pour couvrir le déficit public existant". De quoi remettre sur ses pattes cette vache à pétrole un peu chancelante et peu regardante sur la qualité de son pré. Une autre question se pose : Quel type d'hydrocarbure extrait-on en Albanie et avec quelle technique ? Si L'article du Courrier des Balkans parlait de pétrole de schiste et de fracking, Maria-Rita D'Orsogna, scientifique spécialiste des questions pétrolières et militante italienne, rédactrice du blog No all'Italia petrolizzata parle plutôt de puits conventionnels matures, d'où l'on extrait de pétrole lourd avec une technique faisant usage de multiples puits horizontaux à partir d'un puits central. Selon elle toujours, les puits albanais seraient maintenant exploités par stimulation, comme c'est le cas en Italie. D'autres sources parlent de "stimulation" à l'eau et la vapeur pour extraire ces hydrocarbures très denses et peu fluides, et de plus chargés en soufre. Une chose est sûre : le pétrole de Marinza est sale, il pollue et il rend malade. La limite entre stimulation et fracturation est parfois difficile à distinguer, d'autant que les compagnies maintiennent le flou sur la question. Quoi qu'il en soit, les dégâts, dans le cas de ce pays de l'ex-bloc communiste, sont réels quelle que soit la technique en cause, si l'on en croit aussi bien les témoignages que les images (5) de ces champs pétroliers mortifères et de tout l'infrastructure qui va avec, des images qui contrastent avec celles du site Young Petro (6). On devrait être rassuré : Reuters (7) annonce que tout est maintenant sous contrôle, que la compagnie paiera les dégâts, etc., selon un refrain connu. Bankers promettait en 2004 déjà, lors de l'acquisition des licences, d’œuvrer pour la remise en état des dégâts environnementaux. Alors que croire ? Quel progrès économique, environnemental et social l'Albanie voit-elle accompagner l'essorage de son sous-sol ? Un article paru sur Terra Daily en 2004 (3) évoquait déjà les mille maux entraînés par une exploitation sauvage des hydrocarbures à Patos Marinza, au mépris des règles environnementales applicables dans l'UE. Car si l'Albanie se trouve bien en Europe, si elle a depuis un an l'espoir de faire un jour partie de l'UE, elle n'est aujourd'hui reconnue que comme "candidat officiel à l'Union européenne" (8), un statut que lui ont octroyé dans leur grande magnanimité les vingt-huit États membres de l'UE en juin 2014, histoire sans doute de ménager la vache, la chèvre et le chou. Françoise Lienhard Le 6 avril 2015 SOURCES : (1) http://balkans.courriers.info/article26950.html (2) http://www.t-online.de/tv/news/id_73509666/gaseruptionen-in-einem-albanischen-dorf.html (3) http://www.terradaily.com/2004/041201041710.z1m7p7zo.html (4) http://sarahinromania.canalblog.com/archives/2014/03/29/29545099.html (5) http://dorsogna.blogspot.com/2015/04/patos-marinza-albania-esplosione-e.html (6) http://youngpetro.org/2015/03/14/an-albanian-success-story-bankers-petroleum-ltd-and-patos-marinza-oilfield/ (7) http://www.reuters.com/article/2015/04/01/albania-oilfield-bankers-petrol-idUSL6N0WY2Y220150401 (8) http://ec.europa.eu/taxation_customs/common/international_affairs/enlargement/index_fr.htm (9) http://sarahinromania.canalblog.com/archives/2014/03/29/29545099.htmlhttp://sarahinromania.canalblog.com/archives/2014/03/29/29545099.html


HAUT


Copyright © 2013. tous droits réservés.



Contact : redaction@stop-gaz.fr    Toute reproduction de contenu est libre sous réserve de citer la source (stop-gaz.fr ).  Qui sommes-nous ?