STOP-GAZ

Gaz de schiste : une impasse

Bientôt la fin du gaz de schiste en Pologne ?

On se souvient qu'en 2010, l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) avait laissé entendre que l'Europe recèlait dans son sous-sol de grandes ressources en gaz ou pétrole de schiste. Notamment en France et en Pologne : plus de 5.000 milliards de m3 pour ce pays. La Pologne se voyait déjà gros producteur et indépendant du gaz Russe. Quelques années plus tard, l'estimation était révisée en forte baisse en Pologne : autour de 700 milliards de m3 "seulement". La plupart des entreprises, même les plus grosses (Exxon, Conoco... ont jeté l'éponge devant les difficultés et les désillusions. Il y avait une centaine de permis en 2013, et des dizaines de compagnies. Ne reste en lice que PGNIG (Polskie Górnictwo Naftowe i Gazownictwo, ou PGNiG, entreprise d'Etat polonaise). Et voici qu'à son tour elle risque bien d'abandonner. Il y a certes des facteurs économiques (baisse des cours du pétrole et du gaz, et donc de la rentabilité), mais la débacle avait commencé alors que les cours étaient au plus haut. Il s'agit surtout de "facteurs géologiques". En réalité, les estimations avancées par l'AIE étaient totalement erronnées.

Elle procèdera à une dernière tentative de fracturation hydraulique au mois de juin 2016, et cessera l'exploration si les résultats ne sont pas à la hauteur - ce qui risque bien d'arriver comme c'est le cas depuis des années.

En France, certains "experts" répètent encore le même discours, et affirment qu'il serait bien d'exploiter notre eldorado souterrain pour améliorer notre indépendance énergétique. Comme s'ils croyaient encore aux estimations piubliées à l'époque par l'AIE. Il y a ceratinement d'autres pistes à explorer et à développer que les hydrocarbures non-conventionnels : notamment les économies d'énergie et les énergies renouvelables.

 


HAUT


Copyright © 2013. tous droits réservés.



Contact : redaction@stop-gaz.fr    Toute reproduction de contenu est libre sous réserve de citer la source (stop-gaz.fr ).  Qui sommes-nous ?