STOP-GAZ

Gaz de schiste : une impasse

Paradis fiscaux : les pétroliers aussi les aiment bien

Il paraît que le gaz de schiste enfoui dans le sous-sol français nous apporterait de nombreux avantages, en particulier une indépendance énergétique et du gaz peu cher. Encore faudrait-il, pour que ce discours soit crédible, que ce trésor soit conservé ou récupéré par l'Etat, et bénéficie aux besoins de l'industrie, de l'agriculture, ou des consommateurs en France, au lieu de profiter principalement aux sociétés exploitantes et à leurs actionnaires.

Or, beaucoup de permis ou de demandes de permis sont accordés à des sociétés étrangères, qui poursuivent leurs propres intérêts - pas forcément ceux de la France.

Et surtout,  en ces temps de "transparence" et de "lutte contre les paradis fiscaux", on peut s'étonner de quelques bizarreries.

Deux exemples parmi d'autres :

Une demande de permis au large de la Guadeloupe,  est portée par une famille américaine domiciliée à Sainte-Lucie (Caraïbes, Commonwealth), connue pour ses avantages fiscaux. Cette île est aussi connue pour ses activités de stockage et de transit de produits pétroliers -  pour ne pas dire spéculation sur une matière première. On se demande pourquoi le Ministère n'a pas encore tranché sur ce dossier qui traîne depuis 2001 (!), alors que le délai normal d'instruction est de 2 ans environ.

Autre exemple, la demande du permis de Brive (oui, en Corrèze...), pour une société créée à cet effet, sans expérience propre en matière de prospection, domiciliée à Singapour. Il n'y a pas que des Ministres qui ont des comptes dans ce paradis fiscal. Parmi ses principaux dirigeants : un anglais, un grec, un français domicilié à Singapour. 

Rien de cela n'est interdit, bien sûr, mais cela ne correspond pas aux discours officiels sur la transparence, l'intérêt national, l'indépendance énergétique.

Le milieu de la prospection a parfois des allures de Far-West, où des spéculateurs tiennent le rôle de cow-boys. 


HAUT


Copyright © 2013. tous droits réservés.



Contact : redaction@stop-gaz.fr    Toute reproduction de contenu est libre sous réserve de citer la source (stop-gaz.fr ).  Qui sommes-nous ?