STOP-GAZ

Gaz de schiste : une impasse

Quand Total vantait le gaz de schiste et la fracturation sur le permis de Montélimar

Fin 2010 : Total venait d'obtenir le permis de Montélimar. Et il en vantait les ressources en gaz de schiste du côté de Montpellier, en remontant vers Quissac, et plus loins encore dans le bassin du Sud Est.

Très rentable, des techniques de pointe et peu coûteuses venant des Etats-Unis (forages horizontaux + fracking), du gaz de schiste et du non-conventionnel en quantité, un régime fiscal en France parmi les plus favorables du monde... rien ne manque !

Tels étaient ses arguments pour trouver des partenaires.

 

Il est déjà indiqué qu'il se porte demandeur de 1860 km² supplémentaires, pour contrôler toute la zone. En effet, pourquoi se gêner ? Ce sera la demande de Montélimar-Extension, dont on ne sait pas trop si elle ne va pas réapparaître avec la restauration du permis principal.

Et ils osent affirmer ensuite, pour contester l'abrogation du permis par le Ministère en octobre 2011, qu'ils n'ont pas l'intention d'utiliser la fracturation hydraulique !!!

On comprend que la Ministre de l'époque (NKM) ait jugé non-crédible cette affirmation.

Il ne reste plus à la ministre actuelle qu'à le comprendre elle  aussi, et à mettre fin définitivement à ce permis.

On peut ici télécharger le document de travail interne de Total (en anglais, 5 pages, pdf, 1,9 Mo)(version originale)

Pour une   traduction française (5p, pdf) rapide à lire, c'est ici.

 

 


HAUT


Copyright © 2013. tous droits réservés.



Contact : redaction@stop-gaz.fr    Toute reproduction de contenu est libre sous réserve de citer la source (stop-gaz.fr ).  Qui sommes-nous ?